Collège Jean JAURES
ce.0131883b@ac-aix-marseille.fr
55, Boulevard BERTOLUCCI - B.P. 148 - LA CIOTAT - 13708 - Cedex
 

La traduction

jeudi 13 février 2014

La Traduction

La traduction est un des métiers d’avenir, avec les frontières qui tombent, des places sont à prendre. Le contexte est favorable aux professionnels des langues étrangères…

 

Nature du travail :

Le traducteur transpose un texte écrit en respectant le fond et la forme du texte original. Il a bien sûr la possibilité de traduire des romans, il traduit surtout des textes officiels, techniques, scientifiques, audiovisuel... Il doit restituer le message essentiel, de différentes manières suivant le contexte (on ne traduit pas de la même manière un livre ou un discours). Généralement, le traducteur prend des notes en même temps que parle l’orateur, et doit restituer le discours avec autant d’intensité.

 

Il peut aussi pratiquer la traduction simultanée, lors d’une émission télévisée, ou alors lors de manifestations etc. Dans ces cas-ci, le traducteur est dans une salle avec un casque et un micro, pour tout traduire en direct.

 

 

Compétences requises :

Pour prétendre au métier de traducteur, il faut bien évidemment maitriser parfaiement les langues, mais également les cultures. Il doit parler couramment sa langue maternelle, mais aussi deux autres langues étrangères. Il aime jouer avec les mots, se passionne pour les cultures et s’en imprègne en séjournant dans divers pays.

 

Il est donc nécessaire d’être curieux et cultivé. Une spécialisation technique, scientifique ou juridique est très importante pour améliorer les débouchés, la qualité du travail et la rapidité d’exécution... un élément important quand on est payé à la mission ! Un professionnel efficace doit aussi savoir mettre ses atouts en valeur, prospecter pour trouver des clients, négocier ses tarifs, faire preuve de souplesse (pour s’adapter à toute situation) et travailler avec rigueur et précision.

 

 

Accéder au métier :

Pour devenir traducteur-interprète, il faut acquérir une compétence dans un domaine ; maîtriser au moins 2 langues en plus de sa langue maternelle ; vivre à l’étranger pour s’imprégner de la culture et... étudier car les formations se pensent aussi à l’international.

Il existe de nombreuses formations universitaires qui forment à la traduction et à l’interprétation, notamment celles que proposent les écoles spécialisées. En règle générale, ces formations universitaires sont d’un très haut niveau : le diplôme de traducteur est de niveau Master 2. Les longs séjours à l’étranger sont un plus non négligeable, car ils permettent d’acquérir une connaissance et un vécu des différentes cultures.

Cela étant, un diplôme de traducteur n’est pas un pré-requis pour exercer. De nombreux professionnels ont suivi une autre formation initiale (en école de commerce ou d’ingénieur, ou bien à l’université dans d’autres disciplines).

Niveau bac + 5

Masters industrie de la langue et traduction spécialisée ; métiers de la traduction et de la communication multilingue et multimédia ; traduction professionnelle et spécialisée ; traduction et interprétation...

 

 

Où exercer :

Un traducteur peut être salarié ou libéral.

Le traducteur-interprète peut être salarié d’une entreprise, d’une agence de traduction, d’une organisation internationale ou fonctionnaire européen ou international. Mais le plus souvent, il exerce comme indépendant, rémunéré à la mission, démarchant, soignant son réseau et sa réputation pour trouver des clients.

Le traducteur d’édition occupe une place à part dans le métier, puisqu’il a le statut d’auteur. Payé en droits d’auteur, il perçoit un pourcentage des ventes de l’ouvrage traduit. Dans ce cas, il a intérêt à traduire des auteurs à succès pour assurer des revenus corrects. C’est la raison pour laquelle il peut exercer une autre activité, dans l’édition ou l’enseignement. À noter : 80 % des traducteurs exercent dans les domaines commercial, technique ou scientifique, activités plus rémunératrices.

Le traducteur est plutôt sédentaire, quittant peu son bureau. À l’inverse, l’interprète se caractérise par une grande mobilité (en France ou à l’étranger), pour intervenir lors de réunions, de conférences, d’entrevues entre chefs d’État, de négociations commerciales, d’audiences devant les tribunaux, etc.

 

 

Salaire :

Le traducteur littéraire est rémunéré à la page (de 30 € à 100 € la page de 1 500 signes).Le traducteur technique est rémunéré au contrat, qui se négocie au cas par cas. De 1 500 € à 3 500 € brut par mois pour un traducteur de la fonction publique

 

 

Intégrer le marché du travail :

Ingénierie, médecine, biologie, droit, finance, informatique, communication, ressources humaines... toutes les spécialités sont autant de créneaux porteurs pour le traducteur-interprète.

De nouveaux métiers sont en train de se développer avec l’explosion des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) : sous-titrage, doublage, traduction de SMS pour les télécommunications, de sites web...

Avec l’internationalisation des échanges, les besoins sont en hausse et touchent la majorité des entreprises (exportatrices, internationales), des grands organismes scientifiques, des laboratoires médicaux, des compagnies d’assurances, des cabinets d’avocats... Petit bémol : la fonction de traducteur-interprète est souvent externalisée et les postes salariés plus rares.

 

 

 

Lieux d’études :

L’École supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT-Sorbonne Nouvelle)

L’Institut de management et de communication interculturels (ISIT)

→L’École supérieure de traduction (l’ESTRI ; université catholique de Lyon )

Institut de traducteurs et de relations internationales (Strasbourg)

Institut britannique de Paris

→Traduction, édition et économie à Paris 3

→Traduction d’édition à Orléans

→Traduction et multimédia à Toulouse 2

→Traduction langues et lettres à Lyon 2

→Traduction spécialisée à Lille 3.

 

Enfin dès le collège pensez à faire des séjours linguistiques, plusieurs types de formule existent et différents organismes peuvent vous accueillir comme par exemple STS.

 

Sources : http://www.phosphore.com/

http://www.onisep.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
ce.0131883b@ac-aix-marseille.fr Collège Jean JAURES 55, Boulevard BERTOLUCCI - B.P. 148 - LA CIOTAT - 13708 - Cedex – Responsable de publication : M. DIDAILLER
Dernière mise à jour : vendredi 21 juin 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille