Collège Jean JAURES
ce.0131883b@ac-aix-marseille.fr
55, Boulevard BERTOLUCCI - B.P. 148 - LA CIOTAT - 13708 - Cedex
 

Vétérinaire

jeudi 29 janvier 2015

Vétérinaire

 

1. Caractéristiques/ qualités requises

 

Un vétérinaire a plusieurs rôles dans le milieu animalier.

 

Soigner des animaux de compagnie, ce qui concerne plutôt les vétérinaires qui travaillent en milieu urbain. Ils s’occupent de soigner, de stériliser et d’opérer surtout des chiens et des chats, mais aussi des rongeurs, des reptiles et des oiseaux. Ces vétérinaire exercent le plus souvent en clinique ou dans des cabinets et parfois dans un zoo.

 

Soigner des les animaux de la ferme, pour les vétérinaires qui travaillent en milieu rural. À la campagne, la plupart des interventions concernent les animaux de la ferme. Le vétérinaire rural donne à l’éleveur des conseils techniques et diététiques. Il peut également effectuer des contrôles sanitaires. Dans les petites villes, le vétérinaire exerce souvent à la fois en cabinet et dans les exploitations agricoles.

 

Assurer un suivi tout au long de la vie. Le vétérinaire en milieu rural est présent depuis la naissance du veau... et jusqu’à son départ à l’abattoir. Il peut également participer à un contrôle d’hygiène dans l’agroalimentaire.

Le vétérinaire en milieu urbain, lui , peut par exemple suivre la grossesse d’une chienne, participer à la mise bas en cas de problème, assurer le suivie du chiots durant sa croissance, le soigner durant toute sa vie et l’euthanasier si le chien est malade et qu’il souffre.

 

Participer à la recherche. Dans l’industrie, les vétérinaires participent à la mise au point, à la production et à la commercialisation de médicaments et d’aliments pour animaux, de produits agroalimentaires. D’autres s’orientent vers la recherche ou les laboratoires d’analyses. Les inspecteurs de la santé publique vétérinaires, fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, veillent sur la santé animale et la qualité de l’alimentation.

 

Le métier de vétérinaire requiert certaines qualités qui sont les suivantes.

 

Précision. Le vétérinaire sait observer et analyser le comportement des animaux pour établir le bon diagnostic. Il fait preuve d’une grande habileté lors des interventions chirurgicales. La profession exige, bien sûr, une aisance particulière avec les animaux.

 

Un bon contact. Le vétérinaire sait rassurer le particulier souvent inquiet pour son animal. Il doit aussi être prêt à conseiller autant particulier qu’éleveur. Le vétérinaire doit donc avoir un bon contact autant avec les animaux qu’avec les propriétaires des animaux.

 

Disponibilité.Le métier de vétérinaire, notamment en libéral, nécessite une très grande disponibilité. Les professionnels peuvent être soumis à des gardes et être appelé en urgence la nuit. Une bonne résistance physique est également importante, surtout lorsqu’il faut immobiliser des animaux aux gabarits impressionnants (grands chiens,taureaux, chevaux...).

 

Gestion.Un vétérinaire libéral est souvent chef d’entreprise et parfois doit gérer des salariés. Il faut donc avoir une certaine gestion et organisation de son travail afin de faire vivre son cabinet.

 

2. Diplômes/ formations et carrières.

 

Accès au métier :Niveau bac + 7

Il faut compter 7 années d’études, au minimum, après le bac pour obtenir le DEV (diplôme d’État de docteur vétérinaire), nécessaire à l’exercice de la profession. Ce diplôme se prépare dans l’une des 4 écoles nationales vétérinaires à : Maisons-Alfort (94), Lyon (69), Nantes (44), Toulouse (31), sur concours commun après un bac + 2 (classe prépa principalement). Par ailleurs, 4 à 5 places sont offertes aux titulaires d’un master de biologie ou d’un diplôme d’État de médecine, de pharmacie, d’odontologie.

 

Salaire : 2000 à 2500 euros brut par mois ( salaire débutant).

 

Carrière : Intégrer le marché du travail.

 

Les vétérinaires sont de moins en moins nombreux à travailler en milieu rural à cause de la baisse du cheptel français. Ils s’installent donc plus souvent en ville même si la diminution des dépenses pour les animaux de compagnie fait stagner le nombre de clinique et de cabinet vétérinaire.

Les nouvelles perspectives de carrières se trouvent dans l’industrie de l’agroalimentaire où de nouveaux diplômes se crées.

Monter son cabinet est une pratiques courante dans la profession mais cela reste en revanche une installation délicate, notamment lorsque installation est à son propre compte . En effet, cela nécessite une mise de fond importante et difficile à rentabiliser ce qui amène les vétérinaires, ruraux ou urbain, à s’associer afin de diminuer les coûts de fonctionnement de leur cabinet.

L’inscription à l’Ordre national des vétérinaires est obligatoire.

 

Formations :

Voici quelques exemples de formations possibles :

 

Bac+5 :

Diplôme national d’internat des écoles vétérinaires.

Bac+7 :

Diplôme d’État de docteur vétérinaire.

Bac+8 :

Certificat d’études appronfondies vétérinaire (CEAV) en santé public vétérinaire.

Bac+9 et plus :

Diplôme d’études spécialisées vétérinaire (DESV) en anatomie pathologique vétérinaire.

DESV en chirurgie d’animaux de compagnie.

DESV en science de l’animal en laboratoire.

 

Les 4 écoles nationales vétérinaires (Lyon, Maisons-Alfort, Nantes et Toulouse) recrutent à différents niveaux, via cinq concours communs. L’accès est très sélectif, le taux de réussite allant de 7 à 20 % selon les concours.

 

3. Sources.

 

Onisep.fr : http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/veterinaire

 
ce.0131883b@ac-aix-marseille.fr Collège Jean JAURES 55, Boulevard BERTOLUCCI - B.P. 148 - LA CIOTAT - 13708 - Cedex – Responsable de publication : M. DIDAILLER
Dernière mise à jour : vendredi 21 juin 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille